Ronchoitises du nouvel an 2024

Par Ronchoit

Figurez vous (mes billets commencent presque tous par un “figurez vous”, il va falloir s’y habituer) qu’il m’est encore arrivé un truc extraordinaire lors du Noël dernier.

Le soir du 24 décembre, fatigué d’une longue semaine passée à tenter d’expliquer aux membres d’OIT comment faire un bon cadrage photo ou vidéo, je me suis allongé dans mon fauteuil relax et j’ai commencé, dans l’obscurité, à regarder les étoiles au travers de ma large baie vitrée.

Et c’est là que, dans un demi-sommeil, j’ai vu (encore une fois) passer au dessus des toits le traineau du Père Noël. Je précise que je n’avais encore rien bu. De cet OVPI (objet volant parfaitement identifié), j’ai vu se détacher une petite chose verte et rouge qui venait vers moi à vive allure. Quand elle fut à la hauteur de ma baie vitrée, je reconnus que c’était un des lutins du Père Noël. Il traversa la baie vitrée comme si elle n’avait pas existé et me salua.

“C’est le Père Noël qui m’envoie vers toi personnellement. Il veut t’offrir un cadeau pour services rendus par le passé. Le Père Noël n’oublie rien ni personne”.

Eberlué (on le serait à moins), je restai bouche bée, attendant la suite, tout en me demandant quel cadeau le Père Noël pouvait bien m’avoir réservé.

“Théophile, me dit-il, tu as nul besoin de biens matériels car tu as déjà tout ce qu’il te faut. Par contre, tu aurais besoin d’un bon conseil pour redonner du brillant à ta vie. Es-tu prêt à m’écouter ?”

Sans rien dire, je hochai la tête bêtement, en signe d’assentiment.

“Eh bien voilà,Théophile, cela fait de longues années que tu œuvres au sein du club OIT pour tenter, péniblement, d’instruire ses membres aux joies et aux techniques de la photographie. Tu te donnes corps et âme ; mais en retour … rien ou presque rien. Tu restes dans l’ombre, méconnu, quasi transparent. Il faut que tu sortes enfin en pleine lumière, Théophile, que tu montres aux autres ce que tu sais faire, que tu aies, toi aussi, ton heure de gloire”.

Je n’y avais jamais pensé. Ceci dit, réflexion faite, le lutin vert et rouge avait sans doute raison. C’était bien à mon tour de briller en haut de l’affiche. Je m’y voyais déjà. Mais … comment faire concrètement ?

“Voilà, reprit le lutin, Le Père Noël te suggère, pour commencer, de participer cette année à l’expo du fameux salon de décembre. Sais-tu que le thème 2024 est “reflets”, de quoi, sans nul doute, exciter ton imagination. Qu’en penses-tu ?”

C’est une bonne idée, dis-je tout simplement, et je remercie le Père noël de m’avoir offert ce cadeau-conseil qui tombe à point nommé. Je me demandais justement ce que j’allais faire de cette année 2024. Mon nouveau chemin est donc désormais tout tracé. Puis-je t’offrir un café, gentil lutin, pour te remercier de m’avoir ainsi conseillé ?

Je tournai la tête vers ma cafetière expresso pour vérifier qu’elle était bien là, et quand je regardai de nouveau vers les étoiles, je vis s’éloigner à toute vitesse le lutin vert et rouge qui cherchait sans doute à rejoindre le traineau du Père Noël.

Avais-je rêvé, avais-je déliré, ivre de fatigue ? Je vous laisse juges car je n’en sais rien moi-même. Toujours est-il que, cette nuit-là, je commençai à gamberger très fort sur cette feuille de route qui me conduirait sans doute au Salon d’OIT. J’en étais tout excité. Sans plus attendre, je téléphonai dès potron-minet à tous mes vieux amis (Sylvie Père, Jean-Bâ Laine, Parfait Saint-Surcinq …) pour leur annoncer la bonne nouvelle.

C’est bizarre, je ne fus accueilli que par des bâillements et des grognements borborygmiques, comme si cette nouvelle les laissait indifférents. Quels égoïstes, tout de même ! Et dire qu’on appelle ça des amis !

Ceci dit, sans rancune aucune, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne et heureuse année 2024, pleine de belles photos (pas trop belles quand même, laissez moi une petite place sur les cimaises du salon)

Théophile Ronchoit