Ronchoitises d’avril

Par Ronchoit

Allons, c’est décidé, je m’en vais à la pêche,
J’abandonne OIT et file comme une flèche,
Adieu mon vieux divan, salut les tourmentés,
Sans moi dorénavant, vous devrez exister.

Je sais ce sera dur, saurez-vous surmonter,
Ce deuil, que dis-je, ce mur, qui vient de se dresser,
Ne soyez pas chagrins, je penserai à vous,
Ma canne dans la main, je resterai Gourou.

Ah, ah ! Je vous ai eus, Ce n’était qu’une blague
Un beau poisson tout cru, votre Ronchoit divague,
Il faut bien s’amuser en ce premier avril,
Tant pis si j’ai été un petit peu débile.

Je veux vous rassurer, mes amis dormez bien,
Veuillez me pardonner ce canular mutin,
Le temps n’est pas venu pour ce cher Théophile,
Restez les bienvenus, je suis au bout du fil.

Théophile Ronchoit