OIT Site

Ronchoitises de mai

Je ne sais pas ce qui m’arrive,
Je sens en moi la sève qui monte,
Je veux sauter sur l’autre rive,
Ou m’envoler très haut sans honte.

Je ne sais pas si c’est normal,
D’où vient ce trouble qui m’envahit,
Tout subitement devient génial,
Je veux sans frein croquer la vie.

Il va falloir que je me pose,
Que je cherche un dérivatif,
A mes pulsions céder je n’ose,
Je pourrais en être addictif.

Après auto-consultation,
Je diagnostique un mal bénin,
Fais des photos avec passion,
Et tu verras, tout ira bien

Théophile Ronchoit

Exposition à Rézé (44400)

Suite au concours sur le thème “La Fête ici et ailleurs“, Pierre Le Cabec à exposé pendant ce mois d’avril, avec le Collectif Image Sans Frontière, 3 photographies qui ont été sélectionnées par le comité d’organisation et tirées en grand format, dans la galerie E. Leclerc Atout Sud, 1 rue Ordronneau, 44400 Rézé.

 

La vie en numérique, d’une réunion à l’autre

Du bon usage des imprimantes

J’ai remarqué que beaucoup d’entre nous utilisent la 3880 en mettant le papier en « manuel-arrière » et se lamentent ensuite de la mauvaise volonté de la machine, laquelle prétend trop souvent que le papier a été mis de travers. Pour tous les papiers brillants ou barytés, il est beaucoup plus simple de passer par le « bac ». On y accède par le dessus de la machine, devant la fente arrière ; on ouvre la trappe et on dépose le papier tout à droite, sans autre forme de procès. Avec le papier fourni par le club, on pourra ensuite utiliser le préréglage 3880 – Epson Luster par le bac. Le seul piège est de bien vérifier que l’onglet Configuration imprimante confirme qu’on fonctionne en « bac feuille à feuille » ; si ce n’est pas le cas, revenir à la définition de la taille du papier et de son type de chargement. Tout ça est dans le guide d’impression, accessible depuis le bureau. (suite…)

Lightroom du premier mardi

Le mois dernier nous avons vu que le développement d’une image conduisait à des résultats différents selon la personne qui tient la souris. Cependant, il est apparu que Dany, Louis ou moi avons utilisé peu ou prou les mêmes outils pour développer les deux images que Daniel Gardan a prises la nuit dans les rues de Lannion. (suite…)

Shoji Ueda 1913-2000

Il aurait aimé être artiste peintre mais l’appareil photographique offert par son père a changé son destin.

Comme studio il a choisi les dunes de Tottori qu’il a utilisées comme décor minimaliste d’une pièce de théâtre.

Il a placé des personnages familiers dans un univers aux frontières du surréalisme.

Il s’est probablement inspiré de peintres comme Magritte même si d’aucuns prétendent qu’il ne connaissait pas ce peintre.

Les noirs et les blancs de ses photos conviennent à ce théâtre onirique où le bonheur flotte entre les dunes et le ciel à portée de main.

Photographe de quartier il a aussi animé des clubs de photo amateur.

A la fin de sa vie, malheureusement, suite à une maladie des yeux, les photos qu’il réalise perdent un peu de leur fantaisie.

Un musée a été construit pour  ce photographe japonais qui a bâti un monde imaginaire à la fois occidental et japonais.

Pour ceux qui voudraient le connaître il y a un photo-poche de Acte sud qui lui est dédié ou encore quelques sites sur le web :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Shōji_Ueda

https://www.galeriecameraobscura.fr/artistes/ueda/galeries/gallerie_01/galerie_index.html

Daniel Gardan

Projet à dix

Bonjour à toutes et à tous, j’ai parlé du projet à dix hier aux membres présents. Je vous propose donc de le découvrir et, si vous êtes intéressé(e), de vous inscrire.

  1. recherche de dix photographes
  2. discussion des règles de prise de vue avec l’équipe : présence obligatoire d’acteurs ou d’objets (par exemple) dans chacune des photos
  3. prise de vue : chaque photographe prend sa photo selon les règles et passe l’appareil au photographe suivant
  4. développement et scan du film, distribution des images aux participants
  5. editing : chaque photographe crée son “histoire” à partir de sept (nombre à définir) des images réalisées et lui donne un titre
  6. exposition du résultat : un grand tirage du négatif original entier (50 cm × 5 m, par exemple) + les dix “histoires” créées par les photographes participants

L’appareil utilisé sera un Holga (fourni) chargé avec un film noir et blanc (fourni aussi). L’absence quasi-totale de réglages du Holga et le format carré garantiront (j’espère) l’homogénéité esthétique du résultat et l’impossibilité d’agir sur les photos après la prise de vue obligera les participants à vraiment réfléchir avant de déclencher…

Connectez-vous pour lire la suite !

Exposition : ” L’ART DE LA FUGUE “

Florence Doutriaux et Lucie d’Errée (alias Cindy Rabouan) nous annoncent leur exposition.

!cid_ii_imumkbsi1_154006d686346516

                                                                                                                                                       ( À 30 km de Guingamp –  2h de Rennes (via Loudéac, Sainte Tréphine)

“​Ce que le cœur est au centre” aurait pu être le titre de cette exposition qui présente des œuvres concoctées spécialement pour le lieu, non loin de Kerpert.
L’appel des grands espaces, le silence des bois, le frémissement des forêts, la sensation d’un seuil à franchir nous ont laissé entendre comme un air de Bach. D’où le titre, « L’art de la fugue »…
Il y aura comme une tentative de contrepoint d’une œuvre à l’autre, d’un univers à l’autre, entre la méditation centrée et le vagabondage hors de soi, les lumières et les ombres, les petits formats et les panoramiques…
L’eau, la terre, le bois, l’air, le feu : autant d’éléments pris dans l’objectif photographique pour une tentative de photosynthèse, laboratoire d’alchimie qui n’a d’autre projet que de transformer la matière en surface réfléchissante de papier.
Nos châteaux imaginaires…

MOOC d’initiation à Photoshop : avancement des travaux

Lors de notre stage d’initiation à Photoshop de décembre dernier, j’avais annoncé

  • que je n’animerais plus ce genre de stage : trop de cheveux blancs ;
  • que j’allais le remplacer par la mise à disposition d’un ensemble de tutoriels vidéo reprenant la totalité du stage — et même un peu plus. Un MOOC, quoi, pour parler la novlangue du moment (Massive Open Online Course), sauf que ce n’est pas vraiment open, car  réservé à nos seuls adhérents, ni online car c’est trop gros et il faudra aller chercher les fichiers sur notre ordinateur.

Les futurs débutants devront suivre ces tutos à leur rythme, puis, comme maintenant, aller chercher des conseils supplémentaires dans nos réunions techniques mensuelles.

J’écris cet article pour signaler que les travaux avancent. Si vous voulez savoir, je travaille sur Screenflow, mais autant vous prévenir tout de suite que ça ne tourne que sur Mac ; les fichiers des tutos, par contre, sont des « mp4 » qui devraient partout être lisibles. J’en suis au chapitre 8 du cours d’initiation et ça fait déjà près de 3 Go de fichiers pour 5 heures de cours. Je compte bien traiter les trois derniers chapitres d’ici deux mois, mais il vaudra mieux alors que je refasse les tout premiers car je ne maîtrisais pas alors le logiciel de création de ces tutos comme maintenant ; toutefois, auparavant, j’aimerais bien avoir quelques réactions de ceux qui auront eu la curiosité de voir de quoi il retourne.

Le tout se trouve dans le dossier Formation (accessible depuis un raccourci sur le bureau de notre ordinateur) et dans le sous-dossier TUTORIELS PHOTOSHOP.   Prévoir une clé USB, ou, mieux (si vous êtes pressé), un petit disque dur.

Charles Vassallo, avril 2016